No 13 (2018)

Cahiers ERTA. La terre, le territoire, la carte.

La géocritique, définie par Bertrand Westphal comme l’examen des « interactions entre espaces humains et littérature », constitue l’un des courants les plus féconds des recherches littéraires d’aujourd’hui. Néanmoins, si productive et inventive soit-elle, cette approche n’épuise nullement le potentiel des études focalisées sur ce que l’on serait tenté d’appeler « le géographique » du texte littéraire. En effet, depuis l’essai fondateur de Deleuze-Guattari où la déterritorialisation définit le mouvement transgressif du désir, jusqu’au roman de Houellebecq où la carte et le territoire désignent une tension à l’œuvre dans l’existence de l’homme et celle du monde entier, les métaphores géographiques ne cessent d’ouvrir la littérature à l’Autre et de déstabiliser son statut en tant qu’entité mimétique bien délimitée.

Full Issue

View or download the full issue Préface.PDF (Français (Canada)) Table des matières.PDF (Français (Canada)) Di Pasquale.PDF (Français (Canada)) Fenghua.PDF (Français (Canada)) Remy.PDF (Français (Canada)) Bartos.PDF (Français (Canada)) Maślanka.PDF (Français (Canada))

Spis treści