Cahiers ERTA. Nr 9/2015

Dans une conférence de 1987, intitulée « Qu’est-ce que l’acte de création ? » et donnée dans le cadre des mardis de la fondation Femis, Gilles Deleuze affirme : « Tout acte de résistance n’est pas une œuvre d’art bien que, d’une certaine manière elle en soit. Toute œuvre d’art n’est pas un acte de résistance et pourtant, d’une certaine manière, elle l’est ».
Le neuvième numéro des Cahiers ERTA s’ouvre à des réflexions enclines à poursuivre, prolonger, discuter, mettre en doute, ou contredire cette pensée de Deleuze, en l’appliquant au domaine de la littérature française et francophone. Or, à l’époque où la notion de résistance change de sens en fonction du contexte dans lequel elle apparaît, au point de voir ce sens de plus en plus dispersé et fragile, ouvert aux manipulations des média et du pouvoir, le langage littéraire, ce « parasite du langage », pour reprendre le mot de Barthes, ne cesse de parasiter aussi le discours de résistance, de le tordre, déformer et différer. Nous proposons ainsi d’envisager une réflexion sur plusieurs aspects de cette résistance littéraire, entre autres :
• subjectivité et résistance
• fonction poétique en tant que résistance
• langage littéraire : champ de résistance
• résistance active / passive
• agir – résister – écrire
• résistance fantômatique

Calendrier :
- avant le 31 mars 2015 : adresser une proposition, d’une longueur maximum de 500 mots, à l’adresse suivante : ertafr@ug.edu.pl,
- 15 avril 2015: réponse du comité de rédaction,
- 30 juin 2015 : remise des articles respectant la feuille de style,
- 15 septembre 2015 : décision du comité de lecture,
- Janvier/février 2016 : publication du numéro (version papier et électronique).

Indépendamment de ses numéros thématiques, la revue accepte des articles divers dans ses rubriques « Varia » et « Commentaires ».